Rando Montereau-Montmachoux

Départ vers 9 hrs de Montereau , avec une découverte sur une table un restant de nourriture laisser , sans mettre dans la poubelle , la météo menaçant pas de pluie et passage au Seiglats , et passer par la Brosse , et Montmachoux les Autruches . et des fleurs , voici le parcour et l’album a voire sur la page facebook . 23 kms en 5 hr 30 avec des pauses photos vidéos .A JEUDI prochain sur SENS

une rando de 23 kms Montereau ,Cannes, Brosse Montceaux, Montmachoux ,Esmans

Posted by Le randonneur et son fils on Thursday, June 20, 2019

Acte VI

«Et qu’est-ce que vous faites, à Salem?
— Ce que je fais à Salem ? » Pour la première
fois, le vieillard éclata d’un grand
rire. «Mais je suis le Roi de Salem, quelle
question ! »
Les gens disent de bien drôles de choses.
Quelquefois, il vaut mieux vivre avec les
brebis, qui sont muettes, et se contentent
de chercher de la nourriture et de l’eau.
Ou alors, avec les livres, qui racontent des
histoires incroyables quand on a envie
d’en entendre. Mais quand on parle avec
les gens, ceux-ci vous disent certaines
choses qui font qu’on reste sans savoir
comment poursuivre la conversation.
«Je m’appelle Melchisédec, dit le vieil
homme. Combien as-tu de moutons ?
— Ce qu’il faut», répondit le berger. Le
vieux voulait en savoir un peu trop sur sa
vie.
«Alors, nous avons un problème. Je ne
peux pas t’aider tant que tu penses avoir
ce qu’il te faut de moutons. »
Le garçon commença à éprouver un certain
agacement. Il ne demandait aucune
aide. C’était le vieux qui lui avait demandé
du vin, qui avait voulu bavarder, qui s’était
intéressé à son livre.
« Rendez-moi ce livre, dit-il. Il faut que
j’aille chercher mes moutons et que je
continue ma route.
— Donne-m’en un sur dix, dit le vieillard.
Et je t’apprendrai comment faire
pour parvenir jusqu’au trésor caché. »

Le jeune homme se ressouvint alors de
son rêve, et soudain tout devint clair. La
vieille ne lui avait rien fait payer, mais ce
vieux (qui était peut-être son mari) allait
réussir à lui soutirer bien davantage, en
échange d’un renseignement qui ne correspondait
à aucune réalité. Ce devait être
un gitan lui aussi.
Cependant, avant même qu’il n’eût dit le
moindre mot, le vieil homme se baissa,
ramassa une brindille et se mit à écrire sur
le sable de la place. Au moment où il se
baissa, quelque chose brilla sur sa poitrine,
avec une telle intensité que le garçon en fut
presque aveuglé. Mais, d’un geste étonnamment
rapide pour un homme de son
âge, il s’empressa de refermer son manteau
sur son torse. Les yeux du garçon cessèrent
d’être éblouis et il put voir distinctement ce
que le vieil homme était en train d’écrire.
Sur le sable de la place principale de la
petite ville, il lut le nom de son père et
celui de sa mère. Il lut l’histoire de sa vie
jusqu’à cet instant, les jeux de son enfance,
les nuits froides du séminaire. Il lut des
choses qu’il n’avait jamais racontées à personne,
comme cette fois où il avait dérobé
l’arme de son père pour aller chasser des
chevreuils, ou sa première expérience
sexuelle solitaire.
«Je suis le Roi de Salem», avait dit le
vieillard.

«Pourquoi un roi bavarde-t-il avec un
berger? demanda le jeune homme, gêné,
et plongé dans le plus grand étonnement.
— Il y a plusieurs raisons à cela. Mais
disons que la plus importante est que tu as
été capable d’accomplir ta Légende Personnelle.
»
Le jeune homme ne savait pas ce que
voulait dire «Légende Personnelle».
«C’est ce que tu as toujours souhaité
faire. Chacun de nous, en sa prime jeunesse,
sait quelle est sa Légende Personnelle.
«A cette époque de la vie, tout est clair,
tout est possible, et l’on n’a pas peur de
rêver et de souhaiter tout ce qu’on aimerait
faire de sa vie. Cependant, à mesure
que le temps s’écoule, une force mystérieuse
commence à essayer de prouver
qu’il est impossible de réaliser sa Légende
Personnelle. »
Ce que disait le vieil homme n’avait pas
grand sens pour le jeune berger. Mais il
voulait savoir ce qu’étaient ces «forces
mystérieuses»: la fille du commerçant
allait en rester bouche bée.
«Ce sont des forces qui semblent mauvaises,
mais qui en réalité t’apprennent
comment réaliser ta Légende Personnelle.
Ce sont elles qui préparent ton esprit et ta
volonté, car il y a une grande vérité en ce
monde: qui que tu sois et quoi que tu
fasses, lorsque tu veux vraiment quelque

chose, c’est que ce désir est né dans l’Ame
de l’Univers. C’est ta mission sur la Terre.
— Même si l’on a seulement envie de
voyager? Ou bien d’épouser la fille d’un
négociant en tissus ?
— Ou de chercher un trésor. L’Ame du
Monde se nourrit du bonheur des gens. Ou
de leur malheur, de l’envie, de la jalousie.
Accomplir sa Légende Personnelle est la
seule et unique obligation des hommes.
Tout n’est qu’une seule chose.
«Et quand tu veux quelque chose, tout
l’Univers conspire à te permettre de réaliser
ton désir. »
Ils gardèrent le silence pendant un
moment, à observer la place et les passants.
Le vieux fut le premier à reprendre
la parole :
« Pourquoi gardes-tu des moutons ?
— Parce que j’aime voyager. »
Il montra un marchand de pop-corn,
avec sa carriole rouge, dans un coin de la
place.
«Cet homme aussi a toujours voulu
voyager, quand il était enfant. Mais il a
préféré acheter une petite carriole pour
vendre du pop-corn, amasser de l’argent
durant des années. Quand il sera vieux, il
ira passer un mois en Afrique. Il n’a jamais
compris qu’on a toujours la possibilité de
faire ce que l’on rêve.
— Il aurait dû choisir d’être berger,
pensa le jeune homme, à haute voix.

suite le 19 juin

NON TABAC dans les Parcs de Paris

Ce samedi, Paris a officiellement mis en place l’interdiction de fumer dans 52 parcs et jardins.

S’en griller une petite sur les bancs publics des parcs, c’est fini ! Ce samedi, des pancartes ont fleuri sur les grilles des cinquante-deux parcs, squares et jardins de la capitale: « Vous entrez dans un jardin sans tabac. Nous vous remercions pour votre participation à cet enjeu de santé publique et à l’amélioration de la propreté. »

«Il était temps, décrypte Christophe, square Saint-Médard (Ve). Le chic quadra, un œil rivé sur son bambin au pied du toboggan, l’autre sur le Financial Times, a vécu plusieurs années à New-York. « Là-bas, fumer au parc est juste une hérésie ! En matière de santé publique, la France a du retard »….

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-fumer-dans-les-parcs-c-est-fini-08-06-2019-8089410.php

Cancers la promesse

Cancer du sein

La première grande annonce, samedi, a concerné un type de cancer du sein représentant les deux tiers de tous les cas chez les femmes avant la ménopause : les cancers du sein hormonodépendants. Les résultats d’un essai clinique international ont montré que 70 % des patientes ayant pris le comprimé de la molécule ribociclib étaient vivantes trois ans et demi après le début du traitement, contre 46 % pour celles ayant pris un placebo, soit une réduction relative du risque de 29 %. Le traitement s’ajoute à une hormonothérapie (les femmes ayant pris le placebo suivaient ce traitement de base). Il est moins toxique qu’une chimiothérapie ……

Un peu d’espoir pour les malades atteints aux poumons

Samedi 1er juin, à la conférence de Chicago, les résultats du plus long suivi du médicament à succès pembrolizumab (Keytruda), sur cinq ans, ont été annoncés pour des malades du cancer du poumon non à petites cellules, le plus commun des deux principaux types de cancer du poumon. Près du quart des malades ayant pris du Keytruda sans avoir fait de chimiothérapie auparavant étaient vivants au bout de cinq ans (et 15 % pour ceux qui avaient été traités par chimiothérapie)……

Une nouvelle molécule contre le cancer du pancréas

Les bonnes nouvelles sont rares concernant le cancer du pancréas, l’un des plus sinistres : le patient moyen vivra moins d’un an. Mais l’essai clinique d’une nouvelle thérapie semble prometteur : un tiers des patients étaient toujours en vie au bout de deux ans. L’annonce a été faite dimanche dernier. Il s’agissait cette fois de patients porteurs d’une mutation du gène BRCA……

10 000 nouveaux patients chaque année

Sur le volet médical, le site hospitalier n’a plus vraiment besoin de publicité : 10 000 nouveaux patients sont accueillis chaque année et 105 000 séjours sont enregistrés, notamment pour le traitement des cancers de la femme, des cancers hématologiques, des mélanomes, sarcomes et pour toutes les séances de radiothérapie, médecine nucléaire et curiethérapie. Près de 1 700 patients sont inclus dans des essais cliniques pour accéder à des traitements innovants ….

plus infos https://www.ladepeche.fr/2019/06/09/cancers-la-promesse-de-nouveaux-traitements,8247041.php

Livre acte V

Mais personne ne sait jamais comment il
doit lui-même vivre sa propre vie. Un peu
comme la bonne femme des rêves, qui ne
savait pas les transformer en réalité.
Il décida d’attendre que le soleil baisse
un peu, avant de repartir dans la campagne
avec ses brebis. Dans trois jours, il
allait revoir la fille du commerçant.
Il commença à lire le livre que lui avait
procuré le curé de Tarifa. C’était un
volume épais et, dès la première page, il y
était question d’un enterrement. En outre,
les noms des personnages étaient extrêmement
compliqués. Si jamais il lui arrivait
un jour d’écrire un livre, pensa-t-il, il
introduirait les personnages un à un, pour
éviter aux lecteurs d’avoir à apprendre
leurs noms par coeur tous à la fois.
Alors qu’il arrivait à se concentrer
un peu sur sa lecture (et c’était bien agréable,
car il y avait un enterrement dans la
neige, ce qui lui donnait une sensation de
fraîcheur, sous ce soleil brûlant), un vieil
homme vint s’asseoir à côté de lui et engagea
la conversation.
«Que font ces gens? demanda le vieillard,
en désignant les passants sur la
place.
— Ils travaillent», répondit le berger,
sèchement; et il fit semblant d’être absorbé
par ce qu’il lisait. En réalité, il son-

geait qu’il allait tondre ses brebis devant la
fille du commerçant, et qu’elle serait à
même de constater qu’il pouvait faire des
choses bien intéressantes. Il avait déjà
imaginé cette scène des dizaines de fois.
Et, toujours, il voyait la jeune fille s’émerveiller
quand il commençait à lui expliquer
que les moutons doivent être tondus
de l’arrière vers l’avant. Il tâchait aussi de
se rappeler quelques bonnes histoires à
lui raconter tout en tondant les bêtes.
C’étaient, pour la plupart, des histoires
qu’il avait lues dans des livres, mais il les
raconterait comme s’il les avait vécues luimême.
Elle ne saurait jamais la différence,
puisqu’elle ne savait pas lire dans les
livres.
Le vieillard insista, cependant. Il raconta
qu’il était fatigué, qu’il avait soif,
et demanda à boire une gorgée de vin. Le
garçon offrit sa bouteille ; peut-être l’autre
allait-il le laisser tranquille.
Mais le vieil homme voulait absolument
bavarder. Il demanda au berger ce qu’était
le livre qu’il était en train de lire. Celui-ci
pensa se montrer grossier et changer de
banc, mais son père lui avait appris à respecter
les personnes âgées. Alors il tendit
le bouquin au vieux bonhomme, pour deux
raisons : la première était qu’il se trouvait
bien incapable d’en prononcer le titre; et
la seconde, c’était que, si le vieux ne savait
pas lire, c’était lui qui allait changer de
banc, pour ne pas se sentir humilié.

«Hum! fit le vieillard, en examinant le
volume sur toutes ses faces, comme si
c’eût été un objet bizarre. C’est un livre
important, mais fort ennuyeux. »
Le berger fut bien surpris. Ainsi, le bonhomme
savait lire, lui aussi, et avait déjà lu
ce livre-là. Et si c’était un ouvrage ennuyeux,
comme il l’affirmait, il était encore
temps de le changer pour un autre.
«C’est un livre qui parle de la même
chose que presque tous les livres, poursuivit
le vieillard. De l’incapacité des gens à
choisir leur propre destin. Et, pour finir, il
laisse croire à la plus grande imposture du
monde.
— Et quelle est donc la plus grande
imposture du monde? demanda le jeune
homme, surpris.
— La voici: à un moment donné de
notre existence, nous perdons la maîtrise,
de notre vie, qui se trouve dès lors gouvernée
par le destin. C’est là qu’est la plus
grande imposture du monde.
— Pour moi, cela ne s’est pas passé de
cette façon, dit le jeune homme. On voulait
faire de moi un prêtre, et j’ai décidé d’être
berger.
— C’est mieux ainsi, dit le vieillard.
Parce que tu aimes voyager. »
«Il a deviné mes pensées», se dit Santiago.
Pendant ce temps, le vieux feuilletait le
gros livre, sans la moindre intention de le
rendre. Le berger remarqua qu’il était

habillé d’étrange façon : il avait l’air d’un
Arabe, ce qui n’était pas si extraordinaire
dans la région. L’Afrique se trouvait à
quelques heures seulement de Tarifa ; il n’y
avait qu’à traverser le petit détroit en
bateau. Très souvent, des Arabes venus
faire des emplettes apparaissaient en ville,
et on les voyait prier de bien curieuse
façon plusieurs fois par jour.
«D’où est-ce que vous êtes? demandat-
il.—
De bien des endroits.
— Personne ne peut être de plusieurs
endroits, dit le garçon. Moi, je suis berger,
et je peux me trouver en différents endroits,
mais je suis originaire d’un seul:
une ville proche d’un très vieux château.
C’est là que je suis né.
— Alors, disons que je suis né à Salem. »
Le berger ne savait pas où se trouvait
Salem, mais ne voulut pas poser de question,
pour ne pas se sentir humilié du
fait de sa propre ignorance. Il continua à
regarder la place pendant un moment. Les
gens allaient et venaient, et paraissaient
fort affairés.
«Comment est-ce, à Salem? demandat-
il enfin, cherchant un indice quelconque.—
Comme toujours, depuis toujours.»
Ce n’était pas vraiment un indice. Du
moins savait-il que Salem n’était pas en
Andalousie. Sinon, il aurait connu cette
ville.

la suite le 12 juin

Sauvons la POLICE de nos villes

devant la mairie de MONTEREAU 77130

Venez soutenir la Police dans nos secteurs

Collectif des élus SUD 77 a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron, Président de la République française. et à 3 autres

Le Président de la République a récemment déclaré qu’il ne fermerait pas de service public sans l’accord des maires, citant les écoles et les hôpitaux. Nous demandons le même engagement pour nos commissariats de police qui sont aujourd’hui menacés par un projet de réforme imaginé sans aucune concertation et prévu pour le 1er janvier 2020.

NOUS DEMANDONS QUE NOS COMMISSARIATS DU SUD SEINE-ET-MARNE RESTENT DES COMMISSARIATS DE PLEIN EXERCICE : FONTAINEBLEAU – MONTEREAU – MORET – NEMOURS

La sécurité des habitants du sud Seine-et-Marne est une priorité. 200.000 personnes habitent dans ce territoire très vaste qui ne peut pas subir de dégradation du service public de la sécurité.

Habitants concernés par ce risque imminent qui menace les commissariats de Fontainebleau, Montereau, Moret et Nemours et pèsera sur votre sécurité au quotidien, signez cette pétition !

Vos élus engagés,

Valérie Lacroute et Jean-Louis Thieriot, députés de Seine-et-Marne, Patrick Septiers, président du Conseil départemental de Seine-et-Marne, conseiller départemental du canton de Montereau, James Chéron, maire de Montereau, conseiller régional d’Île-de France, Anne-Marie Marchand, maire de Nemours, Didier Limoges, maire de Moret-Loing-Orvanne, Andrée Zaïdi, vice-présidente du Conseil départemental de Seine-et-Marne, conseillère départementale du canton de Montereau, Isoline Millot et Bernard Cozic, vice-présidents du Conseil départemental de Seine-et-Marne, conseillers départementaux du canton de Nemours, Sylvie Monchecourt, conseillère régionale d’Île-de-France, maire de Montigny-sur-Loing

et aussi Alain Momon, maire de Vernou-la-Celle-sur-Seine, Marie-Claude de Saint-Loup, maire de Saint-Germain-Laval, François Deysson, maire Villecerf, Yves Brument, maire de Saint-Mammès, Romain Senoble, maire de Forges, Hélène Lorillon, élue à Montereau, Christian Schnell, adjoint au maire de Forges, Jérôme Bonifacio, maire de Laval-en-Brie, Jean Lucan, maire de Grez-sur-Loing, Jacques Piclin, maire de Villemer, Jocelyne Castellain, adjointe au maire de Montereau, Lionel Vallée, adjoint au maire de Montereau, Denis Miguet, maire de Cannes-Ecluse, Daniel Vilette, maire de Barbey, Lionel Loeuillot, maire de Montarlot, Georges Bénard, maire de Salins, Alain Demelun, maire de La Brosse-Montceaux, Claudine Thomas, sénatrice de Seine-et-Marne, Annie Timbert, élue à Montereau, Pierre Cuypers, sénateur de Seine-et-Marne, Jean-Marie Albouy-Guidicelli, président de la communauté de communes du Pays de Montereau, Sandrine Sosinski, conseillère départementale de Seine-et-Marne, Anne Chain-Larché, sénatrice de Seine-et-Marne, Gilles Battail, maire de Dammarie-les-Lys, conseiller régional, Jérémy Ferez, adjoint au maire de Bazoche-sur-le-Betz, Ibrahim Amirat, élu à Brie-Comte-Robert, Marie-Claude Chazouillères, adjointe au maire de Montereau, Rosa Da Fonseca, adjointe au maire de Montereau, Adil Moueffek, élu à Montereau, Gérard Carrasco, maire de Mouy-sur-Seine, Maryvonne Quimbre, adjointe au maire de Salins, Philippe Lévêque, maire de Marolles-sur-Seine…

https://www.change.org/p/police-sud77?fbclid=IwAR2VqE1vcG4ahOqsKv_UaYCfhElncsfIsaRAvveKGR1G8YwXavOTcyJEoLU

Si plus de Police , il y aura plus de Vol insécurité et , pour des papiers ou plaintes ou constats attendre 1 hrs ou se déplacer .

Après les Yvelines le sud 77 , on dit non

Habitant de Surville avec des Conseillers sur notre Marché de Montereau ville Haute .

Mettez des Commentaires et partageons et signons pour la sécurité des départements

JUIN 2019

Programme de JUIN

la semaine 23 (du 3 au 9 ) sortie sur MORËT sur Loing surement jeudi 30 kms

la semaine 24 (du 10 au 16) sur Vernou , Champagne le mercredi 30 kms

la semaine 25 ( 17 au 23 ) sur Esmans Montmachoux surement le jeudi 50 kms

la semaine 26 (du 24 au 30 ) SENS et environs surement mercredi 50kms

EN JUILLET le long de la seine en 1 semaine

(L 22, M 23 ,J 25 , V 26 et le samedi 27 finir avec moi a VERNON ) 260 kms en 5 jours