LE MASSIF DU MONT-BLANC

Le massif du Mont-Blanc est un massif alpin partagé entre la France, l’Italie et la Suisse. Il
abrite le Mont Blanc, le plus haut sommet d’Europe occidentale, à 4 809 mètres (enregistré
en 2015). Il est traversé par le tunnel du Mont-Blanc entre Chamonix dans la vallée des
Arves et Courmayeur dans la vallée d’Aoste.


Ce massif est relativement petit en superficie, puisqu’il ne fait qu’environ 400 km2, mais il
empiète sur trois pays : il est situé principalement dans le département français de la
Haute-Savoie, mais aussi en Savoie, dans la vallée d’Aoste en Italie et dans le canton du
Valais en Suisse.


En raison de son altitude et du petit nombre de vallées qui le traversent, le massif est
inhabité. Il est entouré à l’ouest par la vallée de l’Arve et à l’est par une série de vallées
parallèles au massif : du nord au sud, la vallée du Trient et le Val Ferret suisse en Valais, le
Val Ferret italien et le Val de Vény à Aoste. et enfin la vallée des Glaciers en Savoie.
Les principales vallées environnantes sont reliées par le tunnel du Mont-Blanc et le col du
Petit-Saint-Bernard (entre l’Italie et la France) et le col du Montet par Vallorsin (entre la
France et la Suisse). En effet, le massif du Mont-Blanc est parfaitement équipé en
infrastructures touristiques pour accueillir les touristes du monde entier : il existe cinq
téléphériques dans la seule vallée de Chamonix, dont le plus célèbre est l’ascension de
l’Aiguille du Midi (3842m) et l’accession à Courmayeur.
Le massif est entouré par les Aiguilles au nord-ouest (rive droite de l’Arve), le massif du
Giffre au nord, les Alpes Pennines à l’est, les Alpes grecques au sud-est et le massif du
Beaufortain au sud.

Les principaux sommets du Mont-Blanc


Les sommets sont classés en fonction de leur hauteur, du plus haut au plus bas :
Mont Blanc (4809 m).
Mont Blanc Courmayeur (4 748 m)
Mont Roca (4 465 m)
Pointe Louis Amadeus (4 460 m)
Dôme Goethe (4 304 m)
Mont Blanc du Tacul (4248 m)
Le pilier du Grand Coin (4243 m)
Le Grand Jorace (4 208 m)
L’aiguille verte (4 122 m)
L’aiguille du diable (4 114 m)
Aiguille Blanche de Peuterey (4 112 m)
Grand Rocky (4 102 m)
Mt Fog (4069 m)
L’aiguille de Bionnassay (4052 m)
Aiguille du jardin (4035 m)
Dôme de Rochefort (4015 m)
dent de géant (4013 m)
Pointe Baretti (4013 m)
Aiguille de Rochefort (4001m)
Les Droites (4000 m)
Le Mont Mallet (3989 m)
L’aiguille de Tré-la-Tête (3930 m)
L’Aiguille d’Argentière (3900m)
L’Aiguille de Triolet (3 870m)
Le goût de l’aiguille (3863 m)
Carrés (3856 m)
L’Aiguille du Midi (3 842 m)
Le Grand Capucin (3838m)
La Tour noire (3 837 m)
L’Aiguille du Chardonnet (3824 m)
Le Mont Dolent (3823 m)
L’Aiguille de Glacier (3817 m)
L’aiguille noire de Peuterey (3773 m)
L’Aiguille de Leschaux (3759 m)
Drus (3754 m)
L’Aiguille de l’A-Neuve (3753 m)
L’Aiguille de Talèfre (3730 m)
Le plan de l’aiguille (3673 m)
Les dômes de Miage (3673 m)
Dent de crocodile (3640 m)
Paine de Sucre d’Enveres du Plan (3607 m)
Dent de Caïman (3554 m)
L’Aiguille du Tour (3 544 m)
Gros Rognon (3 541 m)
L’Aiguille des Bruyères (3 522 m)
Les aiguilles d’or (3 519 m)
Petite Aiguille Verte (3512 m)
L’aiguille de Fou (3501 m)

L’Histoire du Mont-Blanc

Le Mont Blanc a longtemps été appelé Mont Maudit(e) ou la montagne maudite ou damnée.
Ce n’est qu’en août 1742, que Pierre Martel donna à la montagne son nom actuel, mais il
fallut attendre encore vingt ans pour que l’idée d’une ascension de la montagne se répande.
En 1760, le chercheur genevois Horace-Bénédict de Saussure, alors âgé de 20 ans, s’est
rendu à Chamonix (alors appelé Chamouny) et a offert une récompense en argent à
quiconque atteindrait le sommet de la montagne. Cependant, il a fallu attendre 15 ans pour
que la première tentative soit faite.


Le 13 juillet 1775, Michel et François Paccard, Victor Tissay et Jean Nicholas Carteran font
une première tentative, mais les glaciers constituent un obstacle insurmontable. Le 2
septembre 1775, quelques habitants de Chamonix, dont Michel Paccard, encore étudiant à
l’époque, font une deuxième tentative qui échoue également. Le 12 juillet 1783, le même
Paccard, devenu médecin, et la chasseuse de chamois Marie Coutet font une troisième
tentative qui échoue également. Plus tard dans l’été, les trois frères Coutet ont réussi à
atteindre une altitude de 3030 mètres, avant d’être eux aussi contraints de rebrousser
chemin. Le 15 septembre 1783, Paccard et Marc Théodore Bourrit font une nouvelle
tentative, mais sont repoussés par des tempêtes de neige. Le 16 septembre 1784, les
chasseurs Couttet et Goudet doivent également abandonner, après avoir atteint une altitude
de 4000 mètres.

Première ascension réussie

Le sommet du Mont-Blanc a été atteint pour la première fois le 8 août 1786 par deux
habitants de Chamonix : Jacques Balmat et le Dr Michel Paccard, déjà cité. Ils ont remporté
le prix que Horace-Bénédict de Saussure avait offert en 1760.

Le sommet du Mont-Blanc

Le Mont Blanc est le deuxième plus haut sommet d’Europe après l’Elbrus. C’est le plus haut
sommet des Alpes, à 4 808 m (15 774 ft) au-dessus du niveau de la mer. Il s’agit du onzième
plus haut sommet du monde. Le massif du Mont-Blanc est situé entre les régions de la
Vallée d’Aoste, en Italie, et de la Savoie et de la Haute-Savoie, en France.

Le sommet, objet d’admiration dans de nombreuses oeuvres culturelles, est le but de tous
les aventuriers depuis des siècles puisqu’il a été gravi pour la première fois en 1786. De
nombreuses voies populaires permettent aujourd’hui de l’escalader à condition de bien s’y
préparer. Pour déterminer son altitude exacte et quantifier son évolution, des géomètres
expérimentés font périodiquement l’ascension. La dernière mesure connue ( en 2017) est de
4808,72 mètres.

Les trois villes et leurs communes entourant le Mont-Blanc sont Courmayeur dans le Val
d’Aoste, en Italie, et Saint-Gervais-les-Bains et Chamonix en Haute-Savoie, en France. C’est
dans cette dernière ville que se sont déroulés les premiers Jeux olympiques d’hiver. Le
téléphérique grimpe et traverse la chaîne de montagnes de Courmayeur à Chamonix en
passant par le Col du Géant. Le tunnel du Mont-Blanc, long de 11,6 km et construit entre
1957 et 1965, passe sous la montagne et constitue la principale voie de transport
transalpine.

Le sommet du Mont-Blanc est-il le plus haut d’Europe ?

La question de savoir si le Mont Blanc est le plus haut sommet d’Europe, et donc l’un des
Sept Sommets, dépend de la définition de la frontière entre l’Europe et l’Asie, qui n’est pas
sans ambiguïté. Plusieurs géographes utilisent la couche de Kuma-Manych comme
frontière, selon laquelle le Caucase fait partie de l’Asie, tandis que d’autres considèrent les
sommets du Caucase comme la frontière. Les amateurs d’alpinisme considèrent le plus haut
sommet du Caucase, les Elbrouz, comme la plus haute montagne d’Europe.

Venez soutenir le projet offert aux personnes en rémissions du CANCER

Choisir un montant

€5,00
€10,00
€20,00

Ou saisir un montant personnalisé


Votre contribution est appréciée.

Faire un don

https://lecoureuretsonfils.blog/le-tour-du-massif-du-mont-blanc-contre-le-cancer/

VOUS SOUHAITEZ NOUS SUIVRE , ABONNEZ-VOUS , MERCI

MERCI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s