Le cancer du foie

Le cancer du foie est connu comme étant l’une des formes de cancer les plus sévères. C’est le troisième cancer au monde qui fait le plus de victimes. Dans 100 % des cas, le cancer du foie apparait en attaquant dans un premier temps la cellule appelée hépatocyte. Cette cellule subit des transformations et c’est à cause de ces évolutions que le cancer commence à prendre place.

Les facteurs de risque et le développement du cancer du foie

Le plus souvent, le cancer du foie se développe dans un contexte de cirrhose. La cirrhose désigne une maladie dans laquelle, des lésions du foie sont observées. Ces lésions sont diffuses et sont difficiles, voire même impossibles à guérir. Lorsque le foie est attaqué par la cirrhose, le résultat est irréversible. Une fibrose vient remplacer les tissus hépatiques, et entraine la déformation de la structure physique du foie, ainsi que la production de nodules. C’est ensuite au fur et à mesure que la maladie se développe que se forme le cancer.

Les facteurs de risque, qui mènent à la cirrhose et finalement au cancer sont les suivants :

  • L’alcool : qui induit une inflammation du foie et appelle à la formation de lésions hépatiques.
  • Les virus à hépatites : qui sont des formes d’infections du foie ? Ils provoquent plus ou moins les mêmes conséquences néfastes que l’alcool.
  • La Stéatose Hépatique Non Alcoolisée ou NASH : qui est un problème fréquent chez les personnes en surpoids, diabétiques et surtout, celles dont le taux de triglycéride est élevé.

Les symptômes du cancer du foie

Le cancer du foie ne présente généralement aucun symptôme, avant d’arriver à un stade élevé de la maladie. Si une personne est déjà diagnostiquée d’une cirrhose, tout de suite, le médecin mettra en place un système de suivi régulier tous les 3 ou 6 mois. Le but est de contrôler la présence éventuelle d’un carcinome hépatocellulaire.

Chez une personne, à qui il n’a pas encore été diagnostiqué de cirrhose, ces indices, quelque peu communes pourraient mettre la puce à l’oreille :

  • Une dégradation de l’état général du patient, qui perd son appétit et se fatigue rapidement et intensément. Tout ceci s’accompagnera d’une perte de poids.
  • Des nausées et des vomissements interviendront également avec des douleurs dans la zone où est situé le foie. Pour information, le foie se trouve à droite, entre les côtes et le bassin.
  • Un ictère, qu’on appelle également la jaunisse pourrait apparaitre. Le patient deviendra jaune, dans tout le corps et dans les yeux.
  • Une ascite, qui est un gonflement au niveau du ventre et qui indique la présence d’eau.

Pour confirmer le diagnostic, le patient va passer plusieurs examens et bilans.

Le traitement du cancer du foie

Pour chaque patient, le traitement peut être différent. La détermination de la technique à adopter face au cancer dépend de trois critères. D’abord, le médecin se réfère à l’état général de la personne. Ensuite, il voit l’importance de la tumeur. Et enfin, il opère un contrôle par rapport à l’avancée de la cirrhose.

Il y a plusieurs traitements au choix : la radiofréquence, la chirurgie et pour les cas les plus graves : une greffe.

PLUS INFOS

a PARTAGER MERCI

Le CANCER du cerveau en partenaire avec « Des étoiles dans la mer, vaincre le glioblastome »

Informations essentielles sur le cancer du cerveau

Le cancer du cerveau, ou encore tumeur cérébrale, caractérise la présence d’une ou de plusieurs masses cancéreuses dans le cerveau. Elles peuvent se déplacer dans le corps et s’étendre jusqu’au cerveau ou apparaître directement dans le cerveau.

Pour éviter une mort certaine, l’intervention doit vite se faire après un diagnostic médical. Dans les lignes qui suivent, nous décrirons les symptômes de cette tumeur aux fins possiblement mortelles.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Localisée dans le cerveau (organe centrale du corps), les symptômes de cette tumeur s’étendent sur presque tous les plans. C’est-à-dire aux plans musculaire, gastro-intestinal, sensoriel, cognitif, etc. Les symptômes basiques sont les maux de têtes. Ils persistent dans le temps malgré les médicaments et sont de plus en plus aigus. Au niveau musculaire, on remarque notamment une difficulté évidente à marcher (le sujet est souvent déséquilibré). Par ailleurs, on remarque une faiblesse au niveau des bras, du corps et aussi une grande difficulté dans la coordination des mouvements. Le corps entier devient une lourde charge à déplacer.

Au plan gastro-intestinal, ce sont les nausées et/ou vomissements qui prennent le dessus. Par rapport au plan cognitif, l’incapacité à la parole et à la compréhension des mots sont dûment remarqués. La personne atteinte a aussi des difficultés à s’exprimer comme d’habitude et est souvent somnolente. Notez que certains cas ne présentent aucun des symptômes ci-dessus. Aussi, certains des symptômes cités coïncident à quelques différences près, aux symptômes d’un AVC. Ceci dit, avant de recourir à l’un des traitements suivants, vous devez vous assurer qu’il s’agit effectivement d’un cancer du cerveau. Pour cela, il faut faire un diagnostic médical.

Quels sont les traitements possibles ?

Tout d’abord, sachez que les traitements possibles dépendent du stade d’avancement de la maladie. Un cancer du cerveau en phase terminale a très peu de chances d’être guéri. D’où l’importance d’un diagnostic effectué tôt et d’une prise en charge rapide. Les traitements dont nous allons parler sont la chirurgie et la radiothérapie. La chirurgie (dans notre cas la craniotomie) consiste à opérer le cerveau. Le cerveau est ouvert via une section d’un ou de plusieurs morceaux d’os et les cellules cancéreuses sont retirées.

La craniotomie devient compliquée quand le stade de la maladie est avancé, car les cellules atteintes sont plus nombreuses. Le risque de décès augmente en conséquence.

La radiothérapie, elle, est relative à l’utilisation de rayons X ou autres rayons en vue d’éliminer les cellules cancéreuses. Sans doute, elle est plus efficace que la chirurgie, mais toujours aussi dangereuse lorsque la maladie est en phase terminale.

Quand j’ai entendu parler d’une association qui vient en aide à la recherche et aux familles et qui touche enfants et adultes je vous présente « Des étoiles dans la mer, vaincre le glioblastome »

L’association Des étoiles dans la mer

Elle est constituée de malades, de leurs familles et de soignants, tous unis autour d’une même cause.Les objectifs sont de : · Financer la recherche médicale· Aider et soutenir les familles· Sensibiliser l’opinion publique

Qu’est-ce que le Glioblastome ?

Le Glioblastome, plus communément appelé Cancer du cerveau, est la forme la plus agressive de tumeur cérébrale primitive, elle ne laisse que peu d’espoir aux malades. A ce jour, il n’existe aucun traitement curatif pour soigner ce cancer.

Causes & Symptômes

Les symptômes de la maladie ne sont pas spécifiques et souvent différents en fonction de la localisation et de la taille de la tumeur. Ils sont la conséquence de l’augmentation de la pression intracrânienne due à la croissance de la tumeur. Les signes les plus évocateurs sont : maux de tête, nausées et vomissements, faiblesse d’un membre, troubles affectant la parole, la vision, le comportement, l’humeur, la mémoire, et crises d’épilepsies.Les symptômes s’installent en quelques jours à quelques semaines avec une progression de l’intensité avec le temps.

Chiffres

2400 : nouveaux malades atteints de glioblastome diagnostiqués en France par an et autant de familles impactées, bouleversées

250 000 : nouveaux cas de glioblastome dans le monde par an.

200 000 : décès dû au glioblastome dans le monde par an.

Il survient à tout âge mais dans 70% des cas, il s’impose entre 45 et 70 ans.

Il s’agit du 2ème cause de mortalité par cancer chez l’enfant et la 3ème cause pour les adultes.

Mission : Financer la recherche médicale

Le premier et plus gros objectif est de lever des fonds pour financer la recherche médicale.L’association « Des étoiles dans la mer » a dejà soulevé 37500 euros pour le projet Gliotex et a pour objet de financer des projets de recherche dédiés au glioblastome. Nous avons également pour objectif d’apporter notre soutien sur les études épidémiologiques.Le Projet Gliotex (Institu du Cerveau et de la Moëlle), mené par les Professeurs Delattre et Idbaih) est un programme d’évaluation thérapeutique préclinique pour les glioblastomes. Il a été mis en évidence plus de 50 modèles cellulaires de glioblastomes à partir de patients. L’efficacité des médicaments sur ces modèles pourra être évaluée avant d’être proposée aux patients, ceci permettant des traitements plus ciblés qu’à l’heure actuelle.Un autre espoir réside dans les traitements par Immunothérapie.

Mission : Accompagner et soutenir les familles

Venir en aide aux familles concernées et les soutenir dans leur quotidien complexe est aussi une des missions que propose l’association.

Des défis pour la recherche

Le projet initial et porteur de notre association est initié par Laetitia Clabé, présidente de l’association, qui a réalisé un exploit sportif le 8 juin 2019. Elle a réalisé Swim treck de 18km en reliant une épave de plongée au large de Porquerolles à la Londe-les-Maures en passant devant le fort de Brégançon. Cette traversée s’est faite sans palmes ni combinaison et sans possibilité de remonter à bord du bateau.Pour cette non nageuse, un entrainement spécifique a été nécessaire tout l’hiver en mer, lac, rivière, quelque soit la météo et la température de l’eau sans combinaison. Ces défis intermédiaires l’ont amenée aux championnats de France de nage hivernale. Elle fait partie des cinq premières françaises à réaliser le 1000 mètres dans une eau de température inférieure à 5 degrés. Deux fois vice-championne de France et une fois troisième sur les cinq épreuves réalisées. L’eau a été le fil conducteur et des actions de solidaritié ont été menées avec des baptemes de plongée solidaires, la coupe de France d’apnée à Saint Malo. Depuis Toussaint 2019 des journées de sensibilisation ont été organisées par des bénévoles sur tout le territoire français mais aussi en Suisse : concert, journée bien être, marché de noel, vide dressing, participation à des courses sportives, etc.

Présentation de l’association par Laetitia Clabé (Présidente de l’association DES ÉTOILES DANS LA MER )

et le témoignage Magali PATIENTE atteinte du glioblastome

Le mot du coureur , ça peut arriver sans y attendre donner pour la recherche et que ce cancer du cerveau encore inconnu ….. soit guéri .

https://www.facebook.com/desetoilesdanslamer/

desetoilesdanslamer@gmail.com

LA PEINE AVEC SURSIS  » le combat contre le cancer du sein »

Je vous présente le combat d’une jeune femme face au cancer du sein hormono-dépendant, aujourd’hui en rémission, qui souhaite faire part de son témoignage et contribuer à la lutte contre le cancer en récoltant des fonds pour aider la recherche.

elle se présente :

Bonjour,
Je m’appelle Christelle (comme indiqué sur ma page en fait…)

-« Bonjour Christelle !! »🤝

J’ai 35 ans, bientôt 36.
Maman de 2 enfants en bas âge, un cancer du sein m’a été diagnostiqué le 28 janvier 2019. SACREBLEU! SAPERLIPOPETTE! CHIOTTE. (Et encore je reste polie… 🙃🤫) ho… rien de méchant quoi… une p’tite tumeur de rien du tout de 9cm. La taille de nos vieux Nokia 😱😱😱🙄

J’aime écrire, écrire… depuis toute petite.
Mon ressenti se développe au fil de ces lettres noires qui s’imbriquent pour former des histoires…📝

A ce jour, mon premier roman intitulé « La peine avec sursis » vient d’être édité au format ebook sur amazon et fnac.
Il peut être lu sur portable, tablette, application Amazon Kindle et autres liseuses… au prix de 7 euros. (180 pages de lecture fluide et aérée pour vous laisser porter sans trop réfléchir)
Le format Broché ( papier ) de 280 pages est actuellement en cours d’impression chez Hachette et n’est pas encore disponible à la vente.
Son tarif sera de 18 euros.

Afin de vous tenir au courant de mon actualité littéraire (mais pas que! Car j’ai découvert au fil du temps des petites pépites. Des petites mains qui créent et développent divers produits que j’apprécie beaucoup et sur lesquels je craaaaque complètement ! Désolée je ne suis qu’une femme sans défense hihi!📿💸♀️👠💸)

Je vous invite donc à me découvrir… dans chacune de mes stories chaque jour (talent de comédienne assuré! 🥳Non je déconne… je vais sur tik tok comme tout le monde…!😎) mais aussi en likant et en vous abonnant à ma page d’auteure ( autrice… actrice… c’est vous qui chois’!)

Le roman que j’ai écris est de style contemporain.
Une autofiction mêlant beaucoup, beaucoup d’amour ainsi que trois personnages qui se racontent en parallèle.
C’est l’histoire d’un couple qui se défait et d’un autre qui se crée : plus fort que le roquefort, plus soudé que des métaux en fusion, plus intissé qu’un papier peint collé sur un mur vierge, plus… bon ok, vous voyez ce que je veux dire… L’ amour, simplement.
Estelle Dauphin rencontre son âme soeur quand, à 34 ans le cancer vient gâcher leurs vies.
Ils vont se battre, ensemble. En toutes circonstances et avec l’énergie et la rage de vaincre pour vivre.
Vous y découvrirez le combat contre la maladie, le long parcours pour se soigner, le tout ponctué de pointes d’humour, de philosophie de vie, de sentiments à profusion, une vie à mille à l’heure, beaucoup de souvenirs, de jolis moments de bonheur mais aussi une chaîne de solidarité qui se créée.

Vous n’aimez pas lire? 😒Pas convaincus?🤓

Vous pouvez télécharger un extrait de  » La peine avec sursis » version ebook sur amazon en tapant le titre de mon roman.

Et enfin, je vous invite à me découvrir sur ma page sur laquelle vous passerez, j’en suis sûre, de bons moments 😉
A tout de suite sur @christelle bouquet- auteure
https://www.facebook.com/christelleboucquetauteure/

A LIRE ET PARTAGER

le mot du coureur

 » A lire et à découvrir car vivre un combat n’est jamais facile mais l’écrire et le décrire l’est encore moins… »

Je te remercie Christelle …

 » le coronavirus finira par disparaître mais le cancer lui est encore un long combat « 

A PARTAGER

SUR FNAC

https://www.fnac.com/livre-numerique/a14764001/christelle-boucquet-La-peine-avec-sursis#FORMAT=ebook%20(ePub)#omnsearchpos=5

SUR AMAZON

Les fleurs à papillons

Les papillons, très nombreux et très variés, apportent leur charme à la biodiversité. Ils participent aussi à l’équilibre et à la perpétuation de l’écosystème. L’urbanisation, les techniques agricoles et le réchauffement climatique menacent leur existence. Certaines espèces viennent à disparaitre. Les plantes à fleurs constituent une nécessité dans le milieu de vie du papillon. Certaines fleurs les attirent plus que d’autres et on en cultive pour les préserver de la disparition.

L’interdépendance entre fleurs et papillons

Les papillons et les fleurs dépendent les uns des autres pour assurer la pérennisation de leur espèce. Le cycle de vie du papillon tourne autour des plantes à fleurs. Il pond ses œufs sur les tiges, les feuilles ou les fruits. Les larves, les chenilles, éclosent et se développent sur la plante. Elles y effectuent leurs différentes mues et se nourrissent des feuilles. À maturité, elles se métamorphosent en papillons. Le papillon adulte se ravitaille à son tour sur la plante. Il puise sa nourriture à l’intérieur des fleurs, il aspire le nectar.

Le jardin à fleurs constitue donc un lieu d’habitation et fournit la nourriture pour la subsistance du papillon. De son côté, l’insecte participe à la reproduction de l’espèce végétale. Pendant qu’il se nourrit, il transporte les grains de pollen d’une fleur à l’autre. Cela permet la fécondation des fleurs et la production des fruits et des graines.

Comment constituer un jardin à papillon ?

Un jardin pour attirer et élever des papillons contient évidemment des fleurs. Les papillons possèdent des sens assez développés et affichent certaines préférences. Ils se font attirer par les fleurs aux couleurs éclatantes. Leur odorat les mène vers les plantes aux aromes accentués. Pour compléter les conditions nécessaires pour garder les papillons dans son jardin, on leur fournit un peu d’humidité. Il suffit d’un seau de sable humide, d’une flaque de boue. On peut aussi installer un récipient très peu profond où l’on versera l’eau pour qu’ils s’y désaltèrent. Ils préfèrent les endroits ensoleillés, mais protégés des coups de vent.

Les fleurs préférées des papillons

Certaines espèces de fleurs se distinguent pour leur efficacité à attirer les papillons.

Le buddleia se situe en tête de liste. Il ne nécessite aucun entretien particulier et certaines espèces peuvent devenir très invasives. On le surnomme l’arbre aux papillons. Ses fleurs changent trois fois de couleur.

La rose trémière fleurit tout au long de l’été. Les couleurs vives de ses fleurs attirent énormément les papillons.

La knautie des champs est une espèce très appréciée des différents insectes. Les papillons en raffolent pour l’énorme quantité de nectar qu’elle procure.

L’échinacée jaune, haute jusqu’à 60 cm est efficace grâce à sa couleur. Elle a sa place dans la plupart des jardins floraux à papillons.

Les phlox peuvent atteindre un mètre de haut et plus. L’attrait provient des fleurs de couleur violette.

Le solidago présente des fleurs éblouissantes par leur couleur jaune or. En plus, elles constituent pour les papillons une source prospère de nectar. La verge d’or constitue souvent les coins de jardin. Très envahissante, elle suscite une surveillance régulière.

Protégeons les Fleurs pour plus de PAPILLONS

La maladie de LYME

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse , non contagieuse , ayant une atteinte multiviscérale (pouvant affecter divers organes) et multisystémique ( pouvant toucher divers systèmes ) , difficile à diagnostiquer , qui s’établit essentiellement sur la clinique et ayant des répercussions lourdes physiquement et moralement sur le patient.

Si vous souhaitez plus infos sur cette maladie et demandez de l’aide merci de visiter cette page et site et de le partager .

Si vous randonner dans les forêts et terrains herbeux penser a vérifier vos jambes et bras .

https://www.facebook.com/enfancelymeandco/

http://www.enfancelymeandco.org/Accueil/

a partager merci

Tout savoir sur le cancer pédiatrique

Le cancer est une maladie qui touche toutes les couches d’âges. Les enfants sont également touchés. Il existe toute une liste de cancers donc il est important de ne pas le classer comme une seule maladie. Chaque cancer a son propre traitement puisqu’il peut être très variable pour chaque individu. Voici quelques informations à propos du cancer pédiatrique.

Comment se manifeste le cancer chez les enfants ?

Pour les bébés qui ne savent pas encore parler, il n’y a pas de signes évidents qui indiquent que votre chérubin est victime d’un cancer. Les maladies bénignes peuvent évoluer au cours du temps et se transformer en cancer. C’est toujours le cas quand les symptômes de ces maladies persistent et le médecin traitant invite (ou oblige) les parents à faire des examens complémentaires ou des dépistages de cancer pour être précis dans son diagnostic.

Un cancer pédiatrique peut se manifester par une pâleur, de la fière, de la fatigue, une perte d’appétit (qui peut persister au bout d’un certain temps). Il se peut aussi que l’enfant ressente des douleurs d’articulation ou des douleurs osseuses, des douleurs abdominales, des troubles de la marche et même des chutes. Si votre enfant vomit fréquemment, cela peut être la manifestation d’un cancer. Vous ne devez pas minimiser les troubles chez un bébé ou un enfant. Même des maux de tête chroniques peuvent être le début d’un cancer pédiatrique. Alors, dès que votre chérubin présente des signes inhabituels, consultez immédiatement son pédiatre pour en savoir plus.

Le délai de manifestation d’un cancer pédiatrique, entre les premiers symptômes et le diagnostic, est très varié et se fait en fonction du type de maladie et du tissu d’origine. Cela peut évoluer en quelques jours ou bien des mois. Même si les parents se plaignent toujours d’avoir perdu du temps, il est bon de souligner que les chances de guérison du cancer pédiatrique sont liées étroitement aux spécificités de la maladie de chaque enfant.

Taux de cancer chez les jeunes

Selon les chiffres, 1 à 2 % des cancers qui existent sont visibles chez les enfants. Perceptibles chez les enfants de moins de 15 ans, les cancers rares touchent surtout les tout petits du fait de la vulnérabilité de leur système immunitaire. Environ 2 500 enfants sont enregistrés dans la liste des cancéreux chaque année. Sur les 2 500 enfants, la moitié sont âgés de moins de 5 ans. D’après ce taux, cette maladie est la première cause de décès chez les enfants dans l’hexagone, dont 500 en meurent tous les ans. Ces chiffres glacent le sang, c’est pour cela que les spécialistes effectuent de nombreuses recherches pour trouver le remède efficace contre le cancer pédiatrique. Pour les enfants âgés de moins de 15 ans, 29 % sont atteints de leucémie et 25 % sont victimes de tumeurs du système nerveux central. Le plus faible pourcentage est de 10 %, qui sont exposés au lymphome. Les garçons sont les plus exposés à ce type de cancer.

Même si le cancer est une maladie mortelle dont il n’existe pas de médicament (pour le moment), le taux de survie chez les enfants est de 92 % chez les enfants de moins de 1 an et de 82 % pour ceux qui sont âgés de moins de 5 ans. Le taux de rémission chez les jeunes enfants est donc très haut même si le rapport de mortalité n’est pas négligeable. La moitié des cancers pédiatriques survivent avant l’âge de 5 ans environ. C’est encourageant même si un enfant sur 440 peut développer un cancer avant qu’il atteigne ses 15 ans.

Les cancers fréquents chez les enfants

Le cancer pédiatrique s’attaque le plus souvent aux enfants de moins de 5 ans. Certains enfants sont atteints de cette maladie dès leur naissance.

Concernant la nature du cancer pédiatrique, elle est très variable selon la classe d’âge de chaque enfant.

La leucémie qui touche la moelle osseuse et le sang est un cancer typique chez les enfants. Les ganglions et le système lymphatique sont également attaqués par cette maladie. Il est fréquent d’entendre des idées reçues sur le cancer des reins, et bien, sachez que même les enfants de bas âges peuvent être victimes du néphroblastome. Parmi les cancers les plus fréquents chez les enfants, il y a aussi le rétinoblastome qui affecte la rétine des bébés.

Bébé est trop vulnérable face aux agressions extérieures ce qui l’expose au danger du cancer. Ce fait ne peut pas être expliqué, mais, un enfant, même un nourrisson aussi peut être infecté d’un cancer des os connus sous le nom de tumeur d’Ewing. D’autres tumeurs peuvent aussi être visibles chez les enfants comme les tumeurs des ovaires, du système nerveux central, le cancer du thorax et de l’abdomen.

Le traitement du cancer pédiatrique

Un enfant est tout à fait capable de se remettre de cette maladie même si les séquelles du cancer peuvent suivre chaque enfant toute sa vie. Pour le traitement du cancer pédiatrique, il y a la radiothérapie qui sert à réduire la croissance des cellules cancéreuses. Toutefois, selon le pédiatre, la réalisation de ce type de traitement est très rare pour les enfants de moins de 5 ans. Les tumeurs cérébrales font parties des séquelles de la radiothérapie, une fois que l’enfant arrive à l’âge adulte. Après une irradiation cérébrale, 30 % des patients traités risquent l’AVC après une quarantaine d’années. Certes, le cancer chez les enfants peut être traité. Mais une fois adulte, le risque d’un second cancer est possible (cancer du sein, de la thyroïde, du cerveau ou bien du sarcome). Les troubles neurocognitifs sont également les séquelles qui peuvent subvenir à la suite d’un traitement de cancer. Chaque enfant est donc suivi par un spécialiste pour une surveillance de son développement neurocognitif et scolaire.

On souhaite le meilleur pour nos bouts de choux, c’est pour cela que chaque traitement est essentiel pour chaque cancer pédiatrique. Ne négligez pas les symptômes persistants des maladies bénignes de votre bébé, c’est peut-être un signe de commencement d’un cancer. Tout est possible. Alors dans le doute, consultez un pédiatre sans perdre de temps, il est le seul qui peut vous conseiller sur les démarches à entreprendre!

plusieurs associations et centres :

https://www.ligue-cancer.net/

https://www.gustaveroussy.fr/#

https://curie.fr/

https://www.evapourlavie.com/


Et en SEPTEMBRE . Le Moi du cancer Pédiatrique dans la France

et en mai Sensibilisation aux tumeurs cérébrales (https://warriorenguerrand.com/sensibilisation-aux-tumeurs-cerebrales/?fbclid=IwAR3Pc1in5IY-1da8fVt-f7tom_fchPCgQm8DHX00c1LArQYGyjnB4koBQ9A)

A partager

Arrêter le tabac et arrêter de fumer

Arrêter le tabac et arrêter de fumer est quelque chose de particulièrement compliqué. La cigarette est en effet l’un des fléaux de notre époque. Si l’on retourne des années en arrière, nombreux étaient les personnes qui fumaient, mais sans savoir que cela était mauvais pour leur santé. Il y avait même des médecins qui recommandaient la cigarette à des patients ! Les temps ont changé, bien heureusement.

Pourtant, des millions de personnes fument toujours, tout en sachant à quel point cela peut faire des ravages sur leur santé et les mener à de gros problèmes, au point de les tuer. Arrêter le tabac est la meilleure chose à faire pour prendre soin de sa santé, mais cela est bien difficile pour de nombreux addicts.

En effet, d’après des études, il semble que plus de 65% des fumeurs souhaitent arrêter de fumer. Nombreux sont ceux qui tentent un arrêt définitif de la cigarette sans y parvenir. Nous allons voir quelles en sont les raisons, mais également comment parvenir à arrêter de fumer.

Pourquoi est-ce si compliqué d’arrêter le tabac ?

Fumer est une vraie habitude pour de nombreuses personnes. Difficile alors d’arrêter de fumer facilement puisqu’une habitude engendre une addiction physique, mais pas seulement. Voyons cela en détail.

Aspects physiques

La nicotine est une molécule que l’on retrouve dans la plante du tabac et donc, dans les cigarettes. La nicotine présente à l’intérieur de la cigarette est donc un vrai danger pour le fumeur. Elle le rend véritablement addict à la cigarette d’un point de vue physique puisque cette molécule agit directement sur le système nerveux.

Lorsque l’on habitue son corps à recevoir cette substance, celui-ci en redemande et c’est là qu’il devient alors difficile de se défaire de son addiction.

En arrêtant de fumer, notre corps est véritablement en manque de cette molécule et nous le fait savoir. C’est pour cette raison qu’en cas de sevrage à la nicotine, des effets indésirables peuvent apparaître. Cela rend l’arrêt du tabac encore plus difficile. L’ex-fumeur peut être sujet à du stress, de l’anxiété et une humeur dépressive.

Mais ce n’est pas tout puisqu’il est possible également d’avoir un grand appétit par exemple. Cela peut faire peur pour quelqu’un qui ne souhaite vraiment pas prendre de poids.

Aspects psychologiques

Les aspects psychologiques liés à l’arrêt du tabac sont également véritablement importants et il faut en prendre compte lors de l’arrêt du tabac. En effet, même si le corps n’a plus d’addiction envers la nicotine, il est possible de ressentir un manque provenant d’ailleurs.

Fumer est une habitude et comme toute habitude, il est difficile de s’en défaire. Ainsi, la personne qui arrête de fumer peut avoir des difficultés à s’habituer à ne plus avoir quelque chose entre les mains. Le geste de fumer est une habitude qui est difficile de stopper.

Par exemple, durant une journée, un fumeur va fumer des cigarettes par habitude et non pas par envie. Il le fera pour s’occuper.

De plus, certains moments de la journée sont associés à la cigarette. Pour de nombreux fumeurs, la fin d’un repas ou le café du matin va de pair avec une pause cigarette. Ces habitudes sont vraiment difficiles à éradiquer.

Pourtant, il existe bien des solutions pour arrêter le tabac. Nous allons donc voir ensemble quelques conseils pour arrêter de fumer.

Conseils pour arrêter de fumer

Chaque personne est différente et tous les fumeurs ne parviennent pas à arrêter de fumer de la même façon. Pour certains, l’arrêt du jour au lendemain est la solution, pour d’autres il sera nécessaire d’y aller étape par étape. Voyons tout de même quelques conseils applicables pour faciliter l’arrêt du tabac.

La volonté, la plus grande force

La première chose à savoir est qu’il est essentiel de réaliser un travail d’introspection et de comprendre les raisons profondes qui nous invitent à arrêter de fumer. Si on se dit que l’on souhaite simplement arrêter de fumer sans mettre des mots clairs sur les raisons de son arrêt, il y a de grandes chances pour que la volonté ne soit pas suffisamment forte.

Par exemple, il est nécessaire d’exprimer clairement ou même, de le noter sur un carnet, que vous souhaitez arrêter afin de ne pas tomber malade ou bien, que vous le faites pour votre enfant.

Dès lors que vous comprendrez intimement les raisons qui vous poussent à arrêter, elles seront suffisamment fortes pour vous donner une grande volonté et vous aider à atteindre votre objectif.

Dans les moments difficiles, vous devrez repenser à vos raisons profondes et vous verrez que votre volonté n’en sera que plus forte.

Changer son environnement

L’environnement comporte deux éléments : votre entourage (vos amis et votre famille) ainsi que votre lieu de vie (votre logement, votre ville, etc.). Voyons comment utiliser ces deux éléments pour aider à l’arrêt du tabac.

L’entourage

Il est parfois plus compliqué d’arrêter de fumer pour certaines personnes, car elles sont face à un problème de taille : leur entourage fume. Et oui, si les personnes que vous fréquentez fument, il vous sera plus difficile d’arrêter. C’est pour cette raison qu’il est fortement conseillé de parler de son souhait d’arrêter le tabac autour de soi.

Ainsi, les fumeurs autour de vous pourront prendre leurs précautions et éviter de fumer en votre présence. Mieux, certains voudront peut-être vous accompagner dans votre aventure !

Lieu de vie

L’environnement est quelque chose d’essentiel pour arrêter de fumer. Si vous êtes dans un environnement qui vous rappelle tous ces moments où vous fumiez, cela peut être plus compliqué d’arrêter.

Il vous est alors possible de programmer votre arrêt de tabac à un tournant de votre vie. Par exemple, vous pouvez profiter d’un changement de vie, d’un déménagement ou bien d’un grand voyage pour stopper enfin la cigarette. Cela sera alors plus facile.

Se faire accompagner

Enfin, le dernier conseil que l’on peut prodiguer est de se faire accompagner. Que ce soit par votre médecin traitant ou par un tabacologue, l’important est d’en parler et de vous faire accompagner dans votre démarche.

Ces professionnels de la santé sauront vous accompagner au mieux et vous donner une aide tels que des patchs ou des pastilles à la nicotine pour les débuts, puis un accompagnement psychologique.

https://www.ligue-cancer.net/article/25940_tabac-et-cancer

https://www.stop-tabac.ch/fr/

https://www.tabac-info-service.fr/

Arrêter le tabac est loin d’être une tâche aisée, mais en adoptant les bonnes habitudes et en se faisant accompagner, vous devriez en être capable. Il faut savoir qu’en général, plusieurs essais sont nécessaires avant un arrêt définitif de la cigarette. Ne vous découragez pas !

A LIRE ET PARTAGER , ALLER SUR LES LIENS POUR PLUS INFOS .merci

Une Thérapeute pas comme les autres

Elle est thérapeute en psychothérapie brève. Son cabinet est dans la Marne, mais elle travaille aussi par Skype. Donc, elle peut vous aider quelque soit la distance.

A votre écoute…




Le mot du coureur :
Quand on est dans la douleur, ou qu’on ne sait pas où aller, on a besoin de se libérer et d’en parler.
Moi, j’ai fait une partie du chemin vers l’inconnu, et je me confie à la nature.
Et VOUS, faites un pas, confiez-vous à elle, et parlez.
Pensez à vous. Merci de visiter les pages de Evelynn :

https://www.theraneo.com/lesclefsduchemin

https://www.facebook.com/TherapieEvelynnDEspezel/

Sympa très a l’écoute

Pour un rendez-vous par Skype, appelez-la de ma part. 

Bijoux en pierres Naturelles

Une amie dont vous entendez ses chansons sur mes diaporamas fabriquent avec sa mère des colliers bracelets et différents bijoux , sur Marseille et en Corse .

Merci de regarder ces joyaux et si vous êtes intéresser pour toute commande ou infos :

plus infos sur les couleurs et modèles

http://www.natsambre.com/?fbclid=IwAR1NKEsaHHLylluMrwIMDX_RceV6K3xfBkmjXBPpVcjTa0ozxGf-xsJepZA

et au téléphone 0609283430

A PARTAGER

"Communauté I Have A Dream" association ENFANTS MALADES

Tout le monde a des rêves et encore plus les enfants malades.
La Communauté Facebook « I Have A Dream » regroupe des bénévoles qui mettent tout en œuvre pour aider des enfants atteints de la maladie du Gliome Infiltrant du Tronc Cérébral (GITC) à réaliser leurs rêves.

En mars 2014, Samira Grigra et Umberto Balsamelli, respectivement tante et oncle / parrain, de deux enfants décédés du GITC décident que ces drames familiaux ne seraient pas vains et font le choix de s’associer pour créer la Communauté I Have A Dream.

Umberto explique la naissance de l’Association :
« Samira et moi, avons eu la tristesse de voir nos neveux mourir des suites d’un Gliome Infiltrant du Tronc Cérébral, une tumeur cérébrale gravissime et incurable. Pendant leur maladie, nous avons constaté à quel point il est essentiel de donner du bonheur aux enfants malades, d’une part pour leur permettre de vivre une vie en accéléré et d’autre part, pour leur donner force et courage pour supporter la lourdeur des traitements. »

Le 31 mars 2014, la page Facebook Communauté I Have A Dream est née.

EX: ESTELLE à Disney-land Paris

https://www.facebook.com/IHaveADreamComunity/

http://communaute-i-have-a-dream.fr/index.html

Notre mission

L’Association Communauté I Have A Dream finance, réalise et organise les « rêves » (séjours dans des parcs à thème, visite de zoos, voyages, vacances…) des enfants atteints d’un cancer cérébral incurable : le Gliome Infiltrant du Tronc Cérébral (GITC).

Donner du rêve pour oublier la maladie !

Chaque rêve réalisé pour un enfant gravement malade est un temps fort pour notre association. Faire sourire et faire oublier la cruauté de la maladie, donner de la lumière dans l’obscurité des traitements. 50 enfants par an meurent en France du GITC.

Le taux de guérison est de 1%…

L’espérance de vie médiane est de 10 mois post-diagnostic. 50 enfants, soit environ 2 classes entières d’écoliers, meurent de cette maladie chaque année en France. Ce cancer cérébral enferme l’enfant progressivement dans son corps, le privant de ses facultés motrices même les plus élémentaires, alors que l’enfant a conscience de cette inexorable évolution…

Et puisque nous ne pouvons ajouter des jours à la Vie, alors nous œuvrons pour ajouter de la Vie aux jours !

L’association Communauté I Have A Dream apporte son aide aux familles qui vivent cette terrible épreuve…

A Partager merci